Asphalte basse température

L’asphalte basse température est un mélange qui est produit à des températures variant entre 100 et 150°C. Le bitume est utilisé pour la production de ce mélange. A l’exception de la température, le mélange doit répondre à toutes les exigences et à toutes les valeurs standards fixées pour un mélange de référence chaud. L’asphalte à basse température a le potentiel de devenir une alternative écologique et en même temps comparable à l’asphalte chaud conventionnel. Dans le canton de Vaud, un plus grand nombre de projets de construction de routes en enrobé bitumineux à basse température sont en cours de réalisation, ce qui est supérieur à la moyenne. Nous nous sommes entretenus à ce sujet avec MM. Christophe Rohr de la division entretien de la Direction Générale de la Mobilité et des Routes (DGMR) du canton de Vaud. 

Entretien avec Christophe Rohr de la Direction générale de la mobilité et de la voirie (DGMR) du Canton de Vaud

Dans le canton de Vaud, un nombre supérieur à la moyenne de voies de circulation et de zones sont construites avec de l'asphalte à basse température. Quelle en est la cause ?
Depuis quand l'asphalte basse température est-il utilisé dans le canton de Vaud ?
Quels types de routes et de zones du canton de Vaud utilisent de l'asphalte à basse température ?
Pourquoi l'asphalte basse température n'est-il pas également utilisé dans les couches de roulement ?
Quelle est votre expérience des voies de circulation et des surfaces construites avec de l'asphalte à basse température ?
L'asphalte à basse température peut-il être traité de la même manière que l'asphalte chaud ?
D'après votre expérience, quels sont les avantages de l'utilisation d'asphalte à basse température ?
Aucun processus n'est sans inconvénients. Où voyez-vous les inconvénients de l'utilisation d'asphalte à basse température et quel est leur poids par rapport aux avantages ?
Comment voyez-vous l'avenir de l'asphalte à basse température ?
Dans le canton de Vaud, un nombre supérieur à la moyenne de voies de circulation et de zones sont construites avec de l'asphalte à basse température. Quelle en est la cause ?

Christophe Rohr: Dans le canton de Vaud, nous sommes préoccupés par les impacts négatifs liés à la fabrication et à la mise en œuvre des enrobés bitumineux à chaud, comme par exemple le dégagement de gaz à effet de serre que nous souhaitons réduire au maximum. Le canton de Vaud, sous l’impulsion du Conseil d’Etat, à rapidement accepté de se porter  volontaire pour substituer dans la mesure du possible, les couches de base et/ou les couches de liaison en enrobé chaud par des EBT (Enrobé Bitumineux Tièdes).  Les nouvelles technologies de production nous le permettent.

Depuis quand l'asphalte basse température est-il utilisé dans le canton de Vaud ?

Christophe Rohr: Les premiers chantiers en enrobé tièdes ont été réalisés en 2011. Ils représentaient environ 2% de l’asphalte produit cette année là. En 2016, cette part à atteint 26 %. Les statistiques pour 2018 et 2019 ne sont pas encore disponibles mais le nombre de chantiers prévus en EBT pour 2020 sera de 8 à 10 soit près de la moitié des réalisations. Un temps d’arrêt a été marqué en 2017 à titre de surveillance.

Quels types de routes et de zones du canton de Vaud utilisent de l'asphalte à basse température ?

Christophe Rohr: Aujourd’hui, la mise en œuvre d’enrobé tiède (EBT) est principalement réalisée en technique d’entretien sur des routes à trafic faible à moyen, en couche de base ou de liaison et à une altitude n’excédant pas 800 mètres. 2 chantiers pourraient être réalisés en 2020 à une altitude de 950 mètres environ.

Pourquoi l'asphalte basse température n'est-il pas également utilisé dans les couches de roulement ?

Christophe Rohr: Des réalisations ont été faites dans le passé mais les résultats n’ont pas donné entière satisfaction. D’autres essais doivent cependant encore être conduits.

Quelle est votre expérience des voies de circulation et des surfaces construites avec de l'asphalte à basse température ?

Christophe Rohr:  Le retour d’expérience (8 ans) n’est pas encore suffisant pour évaluer leur comportement dans le temps. Il est cependant à noter que nous n’avons pas rencontré de problème majeur jusqu’à présent.

L'asphalte à basse température peut-il être traité de la même manière que l'asphalte chaud ?

Christophe Rohr: Pas tout à fait. Les entreprises de construction peuvent être amenées à modifier leurs processus de mise en œuvre lorsqu’elles utilisent de l’asphalte à basse température – mais les entreprises de construction peuvent mieux répondre à cette question.

D'après votre expérience, quels sont les avantages de l'utilisation d'asphalte à basse température ?

Christophe Rohr: La réduction de température se situe entre 20 et 50 °C. Il en résulte une réduction significative de la consommation d’énergie pendant la production, et donc une réduction des gaz à effet de serre, puisque les combustibles fossiles sont utilisés dans la production des mélanges. La saison de mise en œuvre est également prolongée et bien sûr les conditions de travail des hommes et des femmes qui posent l’asphalte s’améliorent : L’exposition à la chaleur, aux vapeurs et aux odeurs est considérablement réduite.

Aucun processus n'est sans inconvénients. Où voyez-vous les inconvénients de l'utilisation d'asphalte à basse température et quel est leur poids par rapport aux avantages ?

Christophe Rohr: L’application manuelle de l’ETB est plus difficile en raison de la viscosité légèrement supérieure du mélange. En dehors de ce point, nous ne voyons pas d’autres inconvénients.

Comment voyez-vous l'avenir de l'asphalte à basse température ?

Christophe Rohr: Le contrôle des chantiers existants et les études sur la construction d’enrobés tièdes dans toutes les couches de la superstructure, sur les routes à forte circulation et à haute altitude ne sont pas encore terminés. Des essais sont actuellement en cours avec des enrobés à froid et des enrobés fortement recyclés (RAP). Tout est mis en œuvre pour réduire les conséquences sur l’environnement et améliorer la sécurité et la santé des travailleurs. ◙

Christophe Rohr

Ingénieur spécialiste en revêtements routiers
Ingénieur spécialiste en revêtements routiers , Direction générale de la mobilité et des routes, Département des Infrastructures et des ressources humaines du Canton de Vaud
Menu