Les dépôts de recyclage de l’asphalte augmentent de plus en plus en Suisse.  La prévention des déchets et la préservation des ressources sont au cœur de la nouvelle ordonnance sur les déchets (VVEA). Dans les normes actuelles, cependant, les proportions d’asphalte recyclé sont trop modestes pour beaucoup de gens. Cependant, tous les partenaires de l’industrie ne veulent pas fonctionner en dehors des normes – un problème d’équilibre qui doit être résolu. 

Les normes sont-elles des destructrices d’innovation ?

Les normes reflètent l’état de la technologie. L’utilisation des normes est essentiellement sur une base facultative. Ils représentent une recommandation. En raison de leur importance, les normes sont le résultat de la collaboration de divers groupes d’intérêt, qui définissent des normes communes sur la base de solutions techniques et économiques. L’association VSS révise régulièrement les normes et crée de nouvelles réglementations SNR suisses.

Interview de Hans Peter Bucheli, président du VSS de NFK 3.9 sur les normes et le revêtement de l’asphalte

Le message principal de M. Bucheli est clair : les normes garantissent que les produits éprouvés sont utilisés correctement et que les exigences de qualité et de performance des produits sont respectées. Dans le même temps, cependant, les normes ne doivent pas devenir un destructeur d’innovations. 

Qui ou quoi est la Commission des normes et quelles sont ses tâches ?
La commission de normalisation s'efforce-t-elle d'augmenter les valeurs limites d'utilisation du contenu recyclé ?
Il semble qu'il y ait deux points de vue contradictoires sur l'ajout et les normes du RAP. L'un d'entre eux dit : Vous devez respecter les normes, et elles ne permettent pas d'ajouter beaucoup de RAP. D'autres disent : Je peux produire en dehors de la norme et utiliser beaucoup plus de RAP si je le veux`` Alors, qu'est-ce qui est vrai ?
Ils disent que les normes offrent une sécurité. Veuillez expliquer cela plus en détail dans le contexte de l'utilisation de l'asphalte de finition. Pourquoi un mélange hors norme offre-t-il moins de sécurité ?
Les normes découragent donc quelque peu l'utilisation de pourcentages de RAP plus élevés ?
Pour que les propriétés du mélange soient sûres et prévisibles de manière efficace, il est donc nécessaire de procéder à des analyses de l'asphalte recyclé. Que peut-on faire d'autre pour garantir que l'asphalte récupéré puisse être réutilisé dans un mélange de haute qualité et de haute performance ?
Vous ne cessez de parler de qualité standardisée des mélanges et moins de méthodes de production standardisées...
Où le voyage devrait-il aboutir en termes de construction de routes ?
Qui ou quoi est la Commission des normes et quelles sont ses tâches ?

Hans Peter Bucheli : Les normes suisses sont généralement reprises sur la base du CEN et peuvent être adaptées en partie à nos besoins, tels que les conditions climatiques et les objectifs.Pratiquement tous les membres de la commission sont issus de la vie professionnelle en tant que planificateurs, conférenciers, constructeurs, entrepreneurs ou producteurs et travaillent gratuitement dans le système de milice de la SSV. Nous nous réunissons entre 6 et 9 fois par an pour réviser les normes ou créer de nouvelles réglementations SNR suisses. Nous adoptons les normes créées par l’UE dans le cadre du CEN et les mettons en œuvre pour la Suisse. Nous pouvons également participer aux négociations du CEN à l’avance et être présents lors des réunions avec les représentants. 

Les normes ne doivent pas devenir un destructeur d’innovations. Grâce à ces normes, nous garantissons que des produits éprouvés sont utilisés correctement et que les attentes et les exigences en matière de qualité et de performance des produits sont satisfaites. Nous essayons également d’impliquer les différentes parties, les représentants des propriétaires de la construction, les cantons des 4 régions linguistiques, l’ASTRA, les planificateurs, les laboratoires d’essai, les producteurs et bien sûr les entrepreneurs. Vous pouvez imaginer qu’il s’agit d’un véritable exercice d’équilibre avec 10 à 12 membres de la Commission.

Les nouvelles innovations et idées, soutenues financièrement par ASTRA, peuvent être présentées par le moyen de demandes de recherche et doivent être soutenues par un dispositif scientifique pour permettre aux idées de trouver leur chemin dans la normalisation et la pratique !

Die Normen sollten nicht zum Innovationskiller werden. Mit den Normen stellen wir sicher, dass  Bewährtes richtig eingesetzt wird und die Erwartungen und Anforderungen an Qualität und Leistung der Produkte erfüllt werden. Wir versuchen auch, die verschiedenen Parteien, Bauherrenvertreter, Kantone aus den 4 Sprachregionen, das ASTRA, die Planer, Prüflabore, Produzenten und natürlich auch die Unternehmer mit einzubeziehen. Dass das bei 10 bis 12 Kommissionsmitgliedern eine echte Spagatübung ist, kann man sich vorstellen. 

Über Forschungsbegehren können Innovationen und Ideen, vom ASTRA finanziell unterstützt, aufgegleist werden.Von einer wissenschaftlichen Begleitung unterstützt sollten so die Ideen den Weg in die Normengebung und die Praxis finden können!

La commission de normalisation s'efforce-t-elle d'augmenter les valeurs limites d'utilisation du contenu recyclé ?

Hans Peter Bucheli : Il y a clairement des efforts pour augmenter les valeurs limites d’utilisation. Cela devrait déjà être possible vers la fin de 2020 ; nous sommes actuellement en train de réviser les normes SN.  

Il semble qu'il y ait deux points de vue contradictoires sur l'ajout et les normes du RAP. L'un d'entre eux dit : Vous devez respecter les normes, et elles ne permettent pas d'ajouter beaucoup de RAP. D'autres disent : Je peux produire en dehors de la norme et utiliser beaucoup plus de RAP si je le veux`` Alors, qu'est-ce qui est vrai ?

Hans Peter Bucheli : Les deux ont raison dans un certain sens. Les normes définissent des produits éprouvés dont la performance est garantie. Ils offrent une sécurité aux propriétaires de construction et aux producteurs de mélanges. C’est pourquoi de nombreux mélanges standardisés sont produits et utilisés. Et qui contient tout au plus le contenu RAP autorisé par la norme. D’autre part, les propriétaires de construction et Les entrepreneurs peuvent facilement convenir qu’ils veulent utiliser un mélange en dehors de la norme. Ce dernier peut alors contenir une proportion nettement plus élevée de RAP.

Ils disent que les normes offrent une sécurité. Veuillez expliquer cela plus en détail dans le contexte de l'utilisation de l'asphalte de finition. Pourquoi un mélange hors norme offre-t-il moins de sécurité ?

Hans Peter Bucheli : L’asphalte renforcé ne peut pas être utilisé pour la production d’enrobés simplement comme les gravillons primaires. Pour que la transformation des granulés d’asphalte en un mélange de haute qualité ait un sens, la qualité de l’asphalte recyclé doit être uniforme. La qualité du liant contenu dans l’asphalte recyclé doit également être uniforme et contrôlée. Les propriétés de l’asphalte recyclé ont un effet direct sur les propriétés du nouveau mélange, par exemple en termes de répartition de la taille des particules, de teneur en liant et en vides.

Les normes découragent donc quelque peu l'utilisation de pourcentages de RAP plus élevés ?

Hans Peter Bucheli : Eh bien, indirectement, peut-être oui. L’utilisation d’un mélange hors norme signifie plus d’efforts dans la planification et les dispositions d’un projet. Les propriétaires et les entrepreneurs doivent réglementer exactement ce qu’ils veulent utiliser et où. Et partout où les gens communiquent, il peut toujours y avoir des malentendus ou des erreurs de communication. Cela peut alors signifier un risque légèrement plus élevé pour le projet. Si l’on utilise simplement des produits déjà définis, c’est-à-dire standardisés, tout le monde comprend ce que l’on veut dire et l’effort pour les arrangements est moindre. Je peux donc comprendre pourquoi les constructeurs et les entrepreneurs peuvent facilement convenir qu’ils veulent utiliser un mélange en dehors de la norme. Ce dernier peut alors contenir une proportion nettement plus élevée de RAP.

Pour que les propriétés du mélange soient sûres et prévisibles de manière efficace, il est donc nécessaire de procéder à des analyses de l'asphalte recyclé. Que peut-on faire d'autre pour garantir que l'asphalte récupéré puisse être réutilisé dans un mélange de haute qualité et de haute performance ?

Hans Peter Bucheli : Les choses seront beaucoup plus faciles et plus sûres si nous parvenons à séparer les anciennes couches d’asphalte en différents types lors de leur enlèvement. Cela signifie que lors du fraisage d’une couche de surface, seule la couche de surface est réellement enlevée, et non de grandes parties de la couche inférieure. Si nous avons trié de manière homogène les granulés d’asphalte d’une couche de revêtement, il est beaucoup plus facile de réutiliser le matériau granulé. Ses propriétés et sa composition sont prévisibles et constantes. Cet asphalte recyclé peut être réutilisé dans une nouvelle couche de revêtement. Cela est possible grâce à une qualité de liant contrôlée et à une distribution granulométrique uniforme. Cependant, si ce granulat d’asphalte était mélangé avec le material fraisé d’autres couches pour lesquelles des liants différents et une composition différente ont été utilisés dans le processus de production, il serait de plus en plus difficile de prévoir comment le granulat d’asphalte affectera la qualité du nouveau mélange.

Vous ne cessez de parler de qualité standardisée des mélanges et moins de méthodes de production standardisées...

Hans Peter Bucheli :  Parce que c’est ce que nous nous efforçons de faire. L’idée de définir la qualité de l’asphalte plutôt que sa production est correcte et tournée vers l’avenir. Mais il faut d’abord poser les bases, tels que les examens et les normes basés sur les performances.

Toutefois, les couches de revêtement et les structures routières axées sur les performances exigent également les spécifications correspondantes du client. Il doit fournir des spécifications concernant la charge, l’utilisation et la durée de vie. Il faudra du temps et une réflexion de tous les partenaires impliqués dans le processus de construction !

Où le voyage devrait-il aboutir en termes de construction de routes ?

Hans Peter Bucheli : Il est clair que la construction de routes doit devenir plus écologique et plus économique. Nous voulons fermer le cycle d’extraction, de raffinage, de traitement et de recyclage des matières premières pour le retraitement aussi rapidement et complètement que possible. Après tout, les ressources naturelles diminuent et non augmentent. Un autre sujet, est la réduction de la température dans la production des mélanges pour économiser l’énergie et protéger l’environnement. ◙

Hans Peter Bucheli

Expert technique du SSV
Hans Peter Bucheli (61 ans) est un entrepreneur de construction, d’infrastructures de transport de la Confédération suisse et chef de la technologie et de la production de la construction des chaussées, Implenia Schweiz AG, Construction Suisse alémanique. Au sein de la VSS, il est expert technique en NFK 3.8 (mélanges de gravier non lié et lié), préside la NFK 3.9 (couches d’asphalte) et est actif dans diverses commissions de projets de développement.

Infobox

Le mot “recyclage” est employé dans diverses normes SN et EN. En ce qui concerne plus particulièrement les mélanges d’asphalte et le recyclage de l’asphalte, vous trouverez des références avec ou sans quantités dans les normes SN et EN suivantes :

Normes actuelles

Normes actuelles

SN 640 420
Norme de base pour l’asphalte  

En ce qui concerne le mélange recyclé

SN 640 430
Concept de l’asphalte de roulement, conception et exigences relatives aux couches posées

Aucune indication spécifique à la finition de l’asphalte.

SN 640 431-1
Mélanges bitumineux – Spécification des mélanges – Partie 1 : Béton bitumineux

Avec des informations sur l’ajout autorisé d’asphalte de finition en fonction des couches.
Une quantité plus importante peut être ajoutée s’il existe un accord entre le fournisseur et le client.

VSS EN 13108-8
Mélanges bitumineux – Spécification des mélanges – Partie 8 : Extension de l’asphalte

Aucune indication des quantités à ajouter, mais plutôt les exigences relatives à l’asphalte de finition, telles que la proportion de substances étrangères, le type, les propriétés et la composition de liants, ainsi qu’aux agrégats, tels que la répartition granulométrique, la proportion de broyage et la taille des morceaux, sont spécifiées. Cette norme précise également la fréquence des essais de l’asphalte recyclé mis en place en fonction de la quantité d’asphalte ecyclé ajoutée au nouveau mélange d’asphalte.   

VSS EN 13108-20
Mélanges bitumineux – Spécifications pour les mélanges – Partie 20 :
Essais de type, anciennement essais de type initiaux

Aucune indication des quantités ajoutées, mais celles-ci doivent être déclarées et la formation de famille n’est possible qu’à l’intérieur d’une fourchette. Il est également clairement distingué que le même mélange avec ou sans AR ne doit pas être considéré comme la formation d’une famille et que, par conséquent, des tests de type ou initiaux distincts doivent être effectués.

VSS EN 13108-21
Mélanges bitumineux – Partie 21 : Inspection spécifiée en usine (WPK)

Aucune preuve

VSS 70119
Mélanges non consolidés – exigences (anciennement SN 670 119-NA EN 13242 / EN 113285)

Les mélanges non liés sont généralement placés dans la couche de fondation et ne sont pas utilisés dans le mélange d’asphalte. Seuls les granulés d’asphalte produits doivent être envoyés à la centrale de mélange pour être recyclés.

Menu