Projet pilote OFROU : asphalte coulé (MA) sur un tronçon ouvert, N3 Eiken - Frick, du 4 au 6 septembre 2020
Projet pilote OFROU : asphalte coulé (MA) sur un tronçon ouvert, N3 Eiken - Frick, du 4 au 6 septembre 2020

Réduction Du bruit de l’asphalte coulé

L’asphalte coulé offre divers avantages et donc aussi de nouvelles possibilités d’application. Grâce aux carac- téristiques spéciales du gravillonnage, les émissions sonores du trafic routier sont réduites. En choisissant des agrégats clairs pré-enrobés avec un liant transparent pour le gravillonnage , la température de surface de l’asphalte coulé peut-être réduite en été, ce qui a un effet positif sur sa résistance à la déformation. En outre, les coûts d’éclairage dans les tunnels peuvent être réduits grâce à la surface de couleur claire.

Entretien avec Fabian Traber, spécialiste technique, structure des routes et superstructure à l’OFROU, à propos des avantages et applications de l’asphalte coulé

Fabian Traber : Grâce au concept de mastic, l’asphalte coulé, contrai- rement à l’asphalte roulé, ne comporte pas de vides permettant l’ab- sorption du son. Les émissions sonores doivent être réduites par la surface de la route. L’un des critères déterminants pour générer moins de bruit est le coefficient d’aplatissement des agrégats utilisés pour le gravillonnage. Ces gravillons de pierre naturelle, pauvres en émissions sonores, doivent être produites séparément au moyen de broyeurs à percussion rotatif. Les gravillons ne doivent pas provenir d’un mélange grossier d’agrégats. Ils représentent des gravillons spécifiques, hors des agrégats habituels. Le coefficient d’aplatissement doit se situer à <5 pour obtenir de bons résultats phoniques.

Fabian Traber : Pour les asphaltes roulés deux options pour réduire les émissions sonores s’offrent à nous: Les vides accessibles par la surface de la couche d’asphalte ainsi que la nature de la surface du revêtement. De manière générale, plus la teneur en vides communicants et accessible est élevé, plus l’enrobé a des capacités phono-absorbants. Malheureusement la durée de vie d’un tel enrobé est sensiblement réduite dû au vieillissement accéléré du bitume, qui devient fragile. Avec l’asphalte coulé, seule la texture de la surface peut être améliorée. Contrairement aux asphaltes roulés où l’efficacité phonique diminue dû aux vides qui se bouchent avec de la salissure, celle-ci est préservée plus longtemps avec un asphalte coulé, dont la surface imperméable est recouverte d’un gravillon chaud et pré-enrobé pendant la mise en œuvre.

Fabian Traber : Il faut faire la distinction entre la durée de vie acous- tique et la durée de vie mécanique. Pour un asphalte roulé silencieux, telquep.ex.leSDA8-12,uneduréedeviede12à15ansestadmise. Par rapport à une telle sorte d’enrobé, un asphalte coulé a une durée de vie mécanique 2 à 3 fois supérieure. Nous ne savons pas encore si la durée de vie acoustique sera aussi élevée. Cependant, l’asphalte coulé est plus sensible aux déformations sous charges statiques.

Fabian Traber : L’installation d’une finisseuse d’asphalte coulé prend un peu plus de temps que pour une finisseuse d’enrobé. Par contre, il n’est pas nécessaire de transporter et d’installer l’équipement de compactage. Les effectifs nécessaires sont comparables. Le montage et démontage des rails prend passablement de temps, mais garantit une surface d’une planéité parfait. En Suisse, les entreprises déve- loppent des solutions alternatives avec des finisseurs sur chenilles à commande 3D. Ceci combiné à la surface peu bruyante pourrait signifier le démarrage de l’appli- cation d’asphaltes coulés sur des tronçons ouverts de nos routes nationales.

Fabian Traber : Fidèle à la devise «Black is beautiful», nous dispo- sons de bons produits qui ont tous leurs avantages et leurs incon- vénients. En tant que maître de l’ouvrage, on est dans la position confortable de pouvoir choisir un produit en fonction des besoins.

Fabian Traber : J’utilisais le terme «Black» métaphoriquement. Il est tout à fait possible d’utiliser pour le gravillonnage de la surface d’un asphalte coulé des agrégats particulièrement clairs, pré-enrobés avec un liant transparent. En raison de la surface claire, la température de la surface asphaltée est abaissé de 8 à 15 °C par rapport à une surface classique « noire ». Ceci contribue à une plus grande résistance à la déformation sur des tronçons ouverts et notamment les ouvrages d’art. Dans les tunnels l’éclairage peut être réduit jusqu’à 30%. De plus, la réduction considérable du réchauffement de l’environnement, grâce à une meilleure réflexion de la lumière et de la chaleur en été, est un effet secondaire agréable. Je doute cependant si l’utilisation d’asphalte coulé à grande échelle dans les zones urbaines soit réalisable.◙

Fabian Traber

Fabian Traber

est un maître constructeur diplômé et spécialiste de la construction/ superstructure des routes à l’Office fédéral des routes (OFROU)

Fabian Traber (44 ans) est un maître constructeur diplômé et spécialiste de la construction/ superstructure des routes à l’Office fédéral des routes (OFROU).

Infokasten

Bundesamt für Umwelt (www.bafu.admin.ch)

L’élément porteur de l’asphalte coulé est le mortier (filler, sable fin, bitume), le sable grossier et les gravillons servant de matériaux de remplissage. Pour les enrobés roulés c’est exactement le contraire.

Aujourd’hui, le mortier peut être modifié aisément. Son inter- valle de plasticité n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Par conséquence, les asphaltes coulés sont très résistants à la déformation, même à des températures élevées.